capre_1

Petite Histoire de la Câpre

Tout d'abord, mettons les choses au point: on dit La Câpre, c'est un nom féminin.

Les câpres sont en fait les boutons à fleurs du câprier que l'on coupe avant qu'ils ne s'ouvrent.

Le câprier, lui, est un arbuste décoratif dépassant le mètre et poussant sur les mêmes sols que les oliviers (inutile donc d'en planter en Alsace...)

On estime qu'il existe plus de 150 espèces de câpriers. Ses fleurs ne durent guère plus d'une journée, dommage, elles sont belles et délicates.

Revenons -en à nos boutons...récoltés entre fin mai et début octobre, ce sont les plus petits qui sont prisés.

Les câpres ne peuvent pas être séchées, elles seront donc conservées confites dans du vinaigre ou en saumure comme le poivre vert.

Leur ramassage étant manuel donc onéreux, la culture de la  câpre descend petit à petit dans le sud du bassin méditerranéen (Portugal, Maghreb,..) où le coût de la main d'œuvre est moins élevée.

A noter que le câprier était réputé dans l'Antiquité pour soigner les maux d'estomac, les menstruations et les sciatiques ( des maux biens différents somme toute!).Personnellement, je testerai bien le régime steak tartare pendant mes règles mais je ne suis pas sûre que les bienfaits que je récolterai soient davantage dûs aux câpres qu'à la viande rouge gorgée de fer ( c'est très saignant tout çà...)

Sinon en cuisine, vous pourrez utiliser la Câpre pour la confection d'une tapenade, d'une raie aux câpres, d' un steak tartare.

capre_2

capre_3